espace membre

Logo abc-éleveurs

www.abc-eleveurs.net

Automatisation de la ventilation : un refroidissement deux fois plus rapide !

Lectures : 1181 octobre 2017

logo arvalis 150

Une ventilation de refroidissement est efficace si et seulement la température de l’air extérieur est entre 7 et 10 °C inférieure à celle du grain.

Pour « capter » toute l’offre climatique favorable, les automatismes déclenchent la ventilation uniquement lorsque ces conditions d’écart de températures sont réunies. La preuve dans nos essais ARVALIS - Institut du végétal 2012 sur un boîtier standard.

L’essai a permis de comparer le refroidissement de deux cellules de 50 t de blé tendre, conduit en trois paliers.

La ventilation a été soit :

  • déclenchée automatiquement grâce un boitier à partir de la température consigne ;

  • déclenchée manuellement, de 20 h à 8h, en période de ventilation.

Tableau 1 : Détails des modalités étudiées dans notre essai ARVALIS - Institut du végétal 2012

tableaumodalites 530

Figure 1 : Cinétique de refroidissement avec boîtier comparé à un déclenchement manuel

 cinetique-de-refroidissement-avec-boitier 530

Dans notre essai, l’automatisation de la ventilation grâce au boitier a confirmé deux éléments indispensables pour la conservation des grains :

L’efficacité : c'est-à-dire que la ventilation de refroidissement est uniquement réalisée lorsque les températures d’air extérieur sont efficaces, c'est-à-dire inférieures de 7 à 10°C à la température du grain.

Ainsi, le refroidissement d’une cellule pilotée par un boitier a été possible en 220 h contre 480 h pour un déclenchement manuel, pour une même température finale du grain à 1° C.

Avec l’automatisation de la ventilation, le refroidissement du grain a été progressif en fonction de l’offre climatique saisonnière. Par contre avec le déclenchement manuel par l’opérateur, le refroidissement a été plus compliqué, notamment sur le palier 3.

En effet, entre la fin novembre et début décembre, des évènements climatiques (fortes montées de températures sur 1 ou 2 jours) ont provoqué le réchauffement du grain sur ces périodes. Le refroidissement a donc été ralenti et le nombre d’heures de ventilation augmenté.

La rapidité : c'est-à-dire « capter » toute l’offre climatique à disposition pour refroidir le plus tôt possible le grain.

En effet sur le palier 3, le déclenchement automatique avec boîtier a permis de « capter » dès la fin octobre les quelques jours où les températures d’air extérieur étaient efficaces, permettant ainsi de ramener la température du grain à 7°C, alors que pour la modalité « déclenchement manuel », la température était de 13°C pendant tout le mois de novembre.

Ce refroidissement plus précoce permet notamment de créer des conditions défavorables au développement des insectes un mois plus tôt que pour la modalité « déclenchement manuel », dont la température était alors de 13°C, plage où la prolifération des ravageurs du grain est possible.

Conclusion

L’automatisation par boîtier est une véritable garantie pour refroidir de manière progressive le grain des températures efficaces. En plus de son intérêt pour la qualité des produits stockés, il permet de réaliser des économies énergétiques et économiques.

Le boitier testé comprend :

  • une sonde de température de l’air extérieur ;

  • un thermostat avec un écran pour la saisie de la température de consigne pour la mise en route et l'arrêt de la ventilation ;

  • un compteur horaire pour suivre le nombre d'heures de ventilation.

Source : Arvalis Institut du Végétal

Source : http://abc-eleveurs.net/materiel/dossiers/584-automatisation-de-la-ventilation-un-refroidissement-deux-fois-plus-rapide

Rejoignez-nous !

Les articles, les jeux concours, les paroles d'éleveurs sont en direct sur

Facebook Twitter Google+

Newsletters ABC

Chaque mois, recevez gratuitement les meilleurs articles sélectionnés par les éleveurs, selon votre filière.

Tentés ?
Regardez les dernières newsletters